Le barrage


Historique

Le barrage de Bimont a été mis en service en 1952 par le département des Bouches-du-Rhône avec notamment des financements du Plan Marshall.

Situé sur la commune de Saint-Marc-Jaumegarde, il avait pour objet de renforcer l’alimentation de la région aixoise grâce à l’eau du bassin versant de l’Infernet, mais surtout à celle du Verdon venant par une galerie alimentée par le canal du Verdon construit au XIXème siècle.

Lors de la création de la Société du Canal de Provence et d’aménagement de la région provençale en 1957, le barrage de Bimont et les extensions du canal du Verdon plus récentes ont été intégrés dans le nouveau dispositif d’alimentation en eau de la région provençale.

Bimont - Barrage     Bimont - Barrage     Bimont - Barrage

Aujourd’hui, le barrage est principalement alimenté par une galerie souterraine dite de la Campane, amenant l’eau du Verdon par le Canal de Provence.

Fonction

Le barrage de Bimont constitue une réserve de sécurité pour l’alimentation en eau de plusieurs communes de la région aixoise et l’irrigation de 8 000 hectares.

Le barrage retient les eaux de l’Infernet, issues du ruissellement de la face nord du massif de Sainte-Victoire, mais il est en fait principalement alimenté par une galerie souterraine, dite de la Campane, amenant l’eau du Verdon par le canal de Provence.

Il alimente également la zone industrielle de la vallée de l’Arc, assure 30% des besoins en eau de la région aixoise et de l’agglomération marseillaise. Le barrage a aussi une fonction d’écreteur de crues et enfin de production d’électricité grâce à 2 microcentrales.

Le barrage de Bimont dispose de deux microcentrales hydroélectriques d’une puissance totale de 1.5 MW qui correspond à une production annuelle de 4GWh :

  • Une en pied de barrage qui turbine le débit envoyé dans le canal de Marseille nord ;
  • Une autre au débouché de la galerie de la Campane qui amène l’eau du canal de Provence. Cette seconde installation est réversible et permet de pomper l’eau de la retenue pour la renvoyer vers Venelles et le nord d’Aix-en-Provence.

Caractéristiques techniques

Punaise2  87 m : hauteur du barrage

Punaise2  180 m : longueur de la ligne de crête

Punaise2  4 m : épaisseur en crête

Punaise2  17 m : épaisseur au pied

Punaise2  25 millions de m3 : Capacité à la cote de 341m NGF

Punaise2  14 millions de m3 : Capacité à la cote de 329,5 m NGF)

*NGF : Nivellement Général 

Loisirs

Bimont, c’est aussi 200 000 visiteurs par an qui viennent y pratiquer la randonnée, la course à pied, la peinture ou encore la pêche…

Barrage loisirs - Randonnée 3 Barrage loisirs - Randonnée Barrage loisirs - Cheval & Vélo

La surveillance

La Société du Canal de Provence est responsable de l’entretien permanent des ouvrages dont elle a la gestion, le barrage de Bimont en fait partie. Situé au coeur du Grand Site Sainte-Victoire, sur le site classé «barrages de Bimont et Zola» et en zonages de protections et d’inventaire du milieu naturel, le barrage de Bimont est également soumis à des mesures de protection importantes.

Ainsi, le barrage est l’objet d’une surveillance constante au travers d’une instrumentation automatique et de relevés topographiques et hydrométriques réalisés d’une part par 3 agents d’exploitation logés sur place et par le service topographique de la SCP. Les résultats sont ensuite analysés par des ingénieurs spécialisés de la Direction de l’ingénierie sous le contrôle des service de l’Etat (DREAL).

L’eau du barrage étant en partie destinée à la consommation humaine, sa qualité doit être précieusement préservée. Toutes formes d’activités nautiques sont donc interdites sur la retenue.

Un suivi continu (24h/24 et 7j/7) des paramètres de qualité de l’eau est également réalisé.

Comme pour tous les ouvrages de ce type, la surveillance du barrage s’inscrit en cohérence avec le Plan Particulier d’intervention (PPI) mis en oeuvre par la Préfecture.

Barrage Bimont - Surveillance - Pendule  Barrage Bimont - Surveillance   Barrage Bimont - Surveillance - CTG